Actualités

Partager sur :

[EDITORIAL] Lettre d'info à tous les adhérents et amis de Grignon 2000 n°13

24 juin 2022 Communiqués
Vue 88 fois

Chers Agros et amis de Grignon,

 

Malgré le calme apparent lié aux élections présidentielles et législatives, un certain nombre de déclarations récentes du côté des pouvoirs publics nous ont alertés sur l’arrivée de nouvelles grandes manœuvres. Le deuxième semestre est imminent, une nouvelle procédure de cession devrait être initiée en tenant compte des consultations conduites par le préfet des Yvelines.

 

Jusqu’à présent toutes nos demandes d’ouverture de nouvelles discussions, de concertation et de rendez-vous, malgré le temps qui passe et l’annonce de la libération des locaux par AgroParisTech à la fin de l’été, n’ont donné lieu qu’à des reports polis. « Attendons le rapport du préfet des Yvelines au 1er Ministre pour la 2e moitié de 2022, ce qui n’est pas si long pour un projet immobilier » nous dit la cheffe de cabinet du directeur d’AgroParisTech.

 

Pourtant, les pouvoirs publics semblent cependant avoir déjà pris position comme en témoignent certaines informations reçues par nos partenaires ou soutiens :

 

On nous fait comprendre que l’État resterait propriétaire de Grignon. Nous sommes tout à fait d’accord, à condition d’en faire le Campus international au service de la transition écologique des systèmes agricoles et alimentaires dans l’optique de lutter contre le changement climatique et le déclin de la biodiversité…

 

Cette position a été évoquée aussi bien par le directeur d’AgroParisTech à la Garden Party que par des hauts fonctionnaires du ministère de l’Agriculture pour en faire « un projet global avec une nouvelle dynamique de site ».

 

Toutefois, d’autres déclarations de la part des pouvoirs publics concernant ce renoncement à la vente laissent penser que le fruit n’est pas encore mûr :

  • L’avis de Mme. la maire de Thiverval-Grignon a été sollicité pour éventuellement installer un EPHAD dans la résidence Olmer (la plus grande et la plus récente des résidences étudiantes). Une fois de plus, elle a refusé. Le seul projet qui lui convienne est celui de Grignon 2000.
  • Il a été notifié à Antin Résidences (gestionnaire et financier des résidences étudiantes) la fin de l’Autorisation d’Occupation Temporaire. Il lui a aussi été annoncé le projet d’un nouvel Appel à Manifestation d’Intérêt. Nous élaborons pourtant avec Antin Résidences une proposition de programmation adaptée.
  • AgroParisTech cherche un lieu pour l’entreposage « provisoire » des archives et objets mémoriaux de la rue Claude Bernard. Grignon est proposé comme l’un des lieux de stockage. Pourquoi réfléchir à une solution temporaire alors que nous pouvons accueillir ces objets de manière permanente ?
     

Le déménagement devrait être terminé d’ici la fin de l’année et le traitement des actuels usagers est pour le moins ambigu :

 

Pour permettre aux étudiants de garder une activité hippique, l’école a proposé à la Société Hippique de Grignon de rester un « an » supplémentaire.
A l’inverse le Club Géologique s’est vu notifié la nécessité de quitter les lieux à l’automne 2022. Pourtant celui-ci concourt véritablement à la renommée internationale du site !
 

On est donc en droit de se demander quelle stratégie se cache derrière ces déclarations et décisions?

 

Malheureusement elle nous semble assez évidente : l’État reprend les choses en main et garde dans l’idée de faire de Grignon un ensemble d’activités juxtaposées, peut-être même une copropriété qui pourrait être à terme démembrée et vendue par morceau ! L’État prendra-t-il le risque de reproduire les mêmes erreurs que par les années passées ?

 

Notre projet s’est largement amélioré et nous avons eu la confirmation que nous étions très bien notés par la direction de l’immobilier de l’État, et ce malgré des modifications de grilles de notation pour avantager notre concurrent…

 

Le devenir de Grignon est politique, le changement climatique et le déclin de la biodiversité sont des affaires d’État. Les annonces du chef de l’État sur la nécessité d’une planification écologique et la souveraineté alimentaire nous confortent dans cette idée.

 

Nous réitérons la proposition simple que nous portons depuis 5 ans : L’État reste propriétaire et concède un bail emphytéotique pour installer un centre international dont l’ambition sera d’accélérer et de faciliter la transition écologique des systèmes agricoles et alimentaires.

 

Continuons à montrer notre détermination et faisons le savoir. Ensemble, nous réussirons.

 

Vous pouvez nous aider en sensibilisant votre député ou députée. Un modèle de courrier à envoyer est disponible dans le mode d'emploi ci-dessous.

[NOUS AIDER] Sensibilisez votre député ! Mode d'emploi.

Vous l'aurez compris, après ces quelques mois un peu moins agités, tout pourrait à nouveau s'accélérer pour Grignon. Il y a bientôt un an, nous apprenions que l'Etat choisissait de céder le domaine au promoteur immobilier Altarea. Lorsque nous vous avions annoncé la nouvell...